*CLICK HERE FOR ENGLISH*

Après être passée à travers deux années vraiment difficiles, je peux finalement dire que je me sens soulagée de voir que les choses semblent aller mieux. Depuis les deux derniers mois, je peux finalement respirer et voir la vie plus positivement.

L’année 2016 semble avoir été difficile pour plusieurs d’après ce que je peux entendre ici et là. Même si je ne crois pas vraiment en la numérologie, c’est le fun de savoir — au moins, ça donne espoir — que l’an 2016 était celui de la fin d’un cycle. En effet, quand on prend 2016 et qu’on le réduit à un chiffre (2+0+1+6) ça donne 9 et 9 est un chiffre de fin en numérologie, car celle-ci fonctionne en cycle de 9 ans. Peut-être était-ce la raison pour laquelle cela a été difficile pour plusieurs ? Alors si 2016 était la fin d’un cycle, 2017 est le début d’un autre et ceci est rafraîchissant ! Quand je regarde en arrière puis vers le futur, je ne peux que constater qu’en effet, je suis sur le point de tourner une page et commencer un nouveau chapitre. Et croyez-moi, après être passée à travers beaucoup de merde dernièrement, j’accueille ce renouveau les bras grands ouverts !

Vie professionnelle

En 2016, j’ai commencé un cours d’entrepreneuriat et j’ai décidé que je serai travailleur autonome. J’ai réalisé dès ma jeune vingtaine que j’ai toujours voulu travailler pour moi-même, mais c’est souvent plus facile à dire qu’à faire, surtout au début. Cependant, après avoir pris certaines décisions vraiment importantes dans ma vie personnelle, travailler pour moi-même semble maintenant évident et la voie à emprunter.

Ce cours d’entrepreneuriat m’a appris sur les plans d’affaires, le marketing, la négociation et le réseautage et ce, même si je sens qu’on a seulement effleuré ces sujets. Je vais devoir approfondir mes connaissances en lisant des livres spécialisés (J’en ai déjà reçu un à Noël : The E Myth Revisited). Mon projet ? YULorama.com, un site web fait par des Montréalais pour des Montréalais afin de les aider à découvrir ce qui est cool dans leur ville (bien entendu, les non-Montréalais peuvent aussi le lire !). YULorama a été fondé en 2014 en tant que blogue personnel, mais quand j’ai commencé à voir son potentiel commercial et comme j’étais sur le chômage, j’ai décidé d’y mettre plus d’efforts. En moins d’un an, le nombre de visiteurs a quintuplé, le site a maintenant plus de 15 collaborateurs, les opportunités d’affaires sont de plus en plus intéressantes et je ne peux que souhaiter que l’année qui vient allumera un feu d’artifice, car Montréal va célébrer son 375e anniversaire !

Je ne vis pas de YULorama… pour l’instant ! Cependant, je crois énormément en ce projet dans lequel j’ai mis un nombre incalculable d’heures, mais faire de l’argent sur internet n’est pas aussi facile qu’on pourrait y croire. Ça prend du temps, de la patience et du travail acharné… Comme c’est le cas pour tous les autres types d’entreprises ! Alors je vais continuer dans cette voie tout en mettant d’autres œufs dans d’autres paniers car il est important de diversifier ses opportunités, sans perdre le focus. Et c’est ça le grand défi !

Mon mari et moi travaillons présentement sur un plan d’affaires d’une entreprise que nous avons créée. Un autre projet basé sur le web, mais la mission de celle-ci est d’aider directement les petites entreprises. Je vais en dire plus plus tard, mais pour le moment je dirai que mon mari a également réalisé qu’il en avait assez de travailler pour les autres. Alors, ensemble nous allons bâtir notre propre affaire qui nous donnera aussi l’opportunité de travailler d’un peu partout sur la planète.

Vie d’artiste

J’ai toujours été une artiste, mais trop souvent j’ai ignoré cette partie de moi en la repoussant afin de suivre ce qui est supposément « la bonne chose à faire ». Mais on put pas vraiment nier qui nous sommes, n’est-ce pas ? À un certain moment, la réalité frappe, mais parfois il est juste trop tard. J’ai eu plusieurs avertissements dans ma vie alors que j’essayais de suivre « le droit chemin ». Par exemple, quand j’essayais d’oublier qui j’étais afin d’être fonctionnaire et oui, avoir le gros salaire et les avantages sociaux, mais dont le travail me tuait par en dedans un peu plus chaque jour.

En 2016, encore une fois après avoir d’importantes décisions dans ma vie personnelle, j’ai décidé d’arrêter d’ignorer cette partie de moi et de simplement l’éteindre. Cette partie de moi est en fait celle qui me rend le plus heureuse. Non seulement ai-je un esprit créatif, mais l’art me fait sentir vivante. Comme j’ai dit, j’ai essayé la grosse-job-avec-le-gros-salaire et bien que c’était ben l’fun de pouvoir m’acheter des bidules et des tas de machins*, mais c’était pas épanouissant.

J’ai beaucoup de projets artistiques. Je suis une artiste multidisciplinaire, alors j’ai besoin d’exprimer mon art à travers différents médiums. Je peins, je dessine, je joue du piano, je chante, je photographie et je fais même de la drag ! J’ai aussi un projet vidéo qui m’enchante beaucoup ! On pourrait dire que j’ai besoin de me concentrer sur une chose à la fois autrement, j’ai juste l’air de courir comme une poule pas de tête. Eh bien, ainsi soit-il ! Je préfère être heureuse à courir comme une poule pas de tête que d’être une triste pondeuse.

En 2016 j’ai rencontré tellement de gens inspirant comme Kent Nagano (Maestro à l’Orchestre Symphonique de Montréal), les membres de la maison de drags House of Laureen, Piff the Magic Dragon, des artistes locaux comme WIA (WhatIsAdam) et XRAY et même le nouveau pavillon du Musée des Beaux-Arts de Montréal m’a donné la force d’écouter mon cœur, aussi cliché que cela puisse sembler.

Vie personnelle

Plus haut, j’ai indiqué comment certaines décisions importantes que j’ai prises m’ont aidé à ouvrir des portes vers l’entrepreneuriat et l’art. Même si mon mari et moi n’avons pas pris la décision de ne pas avoir d’enfants en 2016 mais bien en 2015, ce n’est qu’en 2016 que j’ai vraiment réalisé à quel point cette décision fut la MEILLEURE que j’ai (nous) prise de toute ma vie ! Il n’y a pas un jour qui passe sans que je sois reconnaissante d’avoir réalisé que j’ai carrément esquivé une balle et sauvé ma vie. Oui, tant que ça.

C’est une autre chose que les gens font sans réfléchir assez. On pèse les pours et les contres de chaque marque de voiture (ou les options hypothécaires ou même juste un foutu rouge-à-lèvres !) avant d’en acheter une, mais prendre la plus importante des décisions, une décision qui CHANGE UNE VIE comme avoir un bébé se décide parfois aussi vite que par un « Hey mon amour, faisons un bébé ce soir ». On suit ce que la société s’attend de nous sans y penser deux fois. Avoir un bébé est une énorme responsabilité ! Et ça reste à VIE.

Je ne pointe pas le doigt à personne, je me suis fait avoir à un certain moment. Même si pendant mon adolescence et ma vingtaine je ne voulais pas d’enfants, j’ai ouvert la porte à cette idée quand j’ai rencontré mon mari. Sans aller dans les détails, on a finalement simplement dit non à cette vie qui ne nous intéressait pas. Mais on a failli réaliser ça trop tard. C’est pourquoi je suis reconnaissante aujourd’hui. Combien de parents regrettent avoir des enfants ? Probablement plus qu’on puisse le penser. Bien entendu, la plupart des parents sont super heureux avec la vie qu’ils ont, mais même si notre société est obsédée par les enfants, c’est pas vrai que c’est pour tout le monde.

Cette vie sans enfant m’offre les opportunités ci-haut listées et aussi me permet de prendre de plus grands risques. Être travailleur autonome et artiste peut être difficile sur le porte-feuille. Je n’ai pas à m’inquiéter d’apporter tout ce dont mes enfants ont besoin (ça coûte cher les enfants) alors oui, si certains mois sont plus difficiles que d’autres, je peux manger des sandwiches au beurre de peanut sans avoir peur d’affecter le développement d’un autre être humain.

Une autre chose que mon mari et moi avons réalisée en 2016 est qu’être propriétaires d’un immeuble à revenus n’est PAS pour nous. En 2014, nous avons acheté ce triplex à très bon prix. Un prix trop bon pour être vrai. En effet, dès le commencement on a été pris avec des problèmes comme de la mauvaise isolation, un vice-caché électrique (pour lequel nous avons été nous battre en cour contre les anciens propriétaires pour finalement perdre — à ce jour, je crois encore que le juge a mal fait son travail —) et d’autres problèmes qui viennent avec les vieux édifices.

Ça nous a pris deux ans pour régler tous les problèmes et nous avons finalement décidé de mettre l’immeuble en vente. Nous avons réalisé qu’être propriétaire non seulement nous nuit dans notre liberté, mais que c’est vraiment dispendieux. Nous allons vendre et retourner à la location. Si nous avons de l’argent à investir, nous l’investirons ailleurs que dans l’immobilier. Après avoir pesé les pours et les contres, on croit que louer est plus bénéfique tant sur le point financier que sur le bonheur en général. Si t’es pas content avec ta location, tu peux juste faire tes boîtes et partir. Mais si t’es pas content avec la maison que tu as achetée, alors bonne chance. Tu dois la mettre sur le marché, faire affaire avec un tas de visiteurs et d’offres, finaliser la vente, payer un nombre incalculable de frais de toutes sortes puis, finalement faire tes boîtes et partir. Nous en avons assez. De toute façon, je pense que nous sommes trop nomades pour rester à un même endroit pour une longue période.

Prévoir 2017

Bien entendu, je ne peux pas prévoir 2017. Je peux seulement travailler fort pour réaliser mes rêves et espérer le mieux.

J’espère que nous allons vendre le triplex dans le premier trimestre de l’année (ou du moins, la première moitié) afin que je puisse passer à autre chose car je me sens prise ici.

Après cette vente, mon mari et moi planifions de voyager un peu avant de nous plonger dans la phase de commercialisation de l’entreprise. Je veux aller au Japon (ça fait plus de 15 ans que j’en rêve) et à Chicago. Nous planifions aussi de retourner à Vegas (pour la 6e fois !) car pour nous, c’est comme notre voyage dans le sud. Certains vont dans des resorts au Mexique, nous on va à Vegas.

Je vais avoir 40 ans en 2017. En octobre 2016, je suis officiellement devenue plus âgée que ce qu’avait ma mère au moment de son décès. C’était, et c’est toujours, bizarre de savoir que t’es plus vieille que ta mère. Je sais pas ce qui est le plus bizarre en fait : être plus vieille que ma mère ou savoir que je vais avoir 40 ans. J’ai certainement toujours mon cœur d’enfant et bien que l’âge ne soit qu’un chiffre, je ne suis pas capable de me convaincre que je n’ai plus 20 ans. J’aimerais faire quelque chose de spécial pour cet événement marquant. Peut-être que c’est à ce moment que nous retournerons à Vegas quoique nous avons été à Vegas entre autres pour le 30e de mon mari et notre mariage. Ça ne ferait donc pas très spécial, n’est-ce pas ? On verra.

Je veux que YULorama fleurisse. 2017 est l’année du 375e anniversaire de Montréal et il n’y a absolument aucune raison pour laquelle ceci n’amènera pas à YULorama un tas d’opportunités. J’ai vraiment hâte de voir ce que cette année amènera aux collaborateurs et à moi-même. Je sens que ça va être une année le fun !

Je veux travailler le plus possible sur mon art. Je me sens très créative dernièrement et j’espère que ce sentiment va rester pour longtemps. Quand je suis créative, je me sens vivante et c’est vraiment le meilleur des sentiments !

Je souhaite que ma vie amoureuse continue de grandir comme elle le fait présentement. Les deux dernières années ont été difficiles sur nous à cause du stress qui pesait sur nos vies, mais ça nous a juste rendu plus fort et encore plus amoureux l’un de l’autre. Aucun mot ne peut décrire les sentiments que j’ai envers mon mari, alors je vais simplement dire que je veux que ce que l’on est continue d’être.

Finalement, je souhaite que tous les gens que j’aime aient une merveilleuse année 2017. Certaines personnes très proches l’ont eue difficile en 2016, alors je ne peux que leur souhaiter une année plus légère remplie de joie et de bonheur. Et vous, mes lecteurs, je ne vous connais pas (ou peut-être que oui !), mais je voudrais vous remercier de prendre le temps de me lire. Vous ne savez pas ce que cela signifie pour moi. Je vous souhaite également le meilleur pour l’année à venir !

Oh, et allez voir La La Land. Vraiment, faites-le.

 

ENGLISH

After having gone through a really hard time in the last couple of years, I can finally say that I am relieved to see things are starting to get better. For the last couple of months, I have been able to finally breathe and see life in a more enjoyable way.

Year 2016 seems to have been hard for everyone from what I can hear here and there. Even though I don’t really believe in numerology, it’s fun to know—at least it gives hope—that year 2016 was the end of a cycle. Indeed, when we take 2016 and reduce it to one number (2+0+1+6) it gives 9 and 9 is a finishing number in numerology has everything in numerology goes in a 9-year cycle. Maybe that’s the reason why it was hard for lots of people? So if 2016 was the end of a cycle, 2017 is the beginning of a new one and that is refreshing! And to me, when I look back and then when I look at the future, I can only see that indeed, I am on the point of turning a page and starting a new chapter. And believe me, after having gone through lots of shit lately, this is very welcome!

Professional Life

In 2016, I started an entrepreneur class and decided I would be a freelance from now on. Ever since I was in my early 20s I knew I wanted to work for myself, but being a freelance is not easy and it comes with lots of struggles especially in the beginning. But after having made some big decisions in my personal life, now being a freelance seems just plain obvious and the way to go.

So this entrepreneur class taught me about business plans, marketing, negotiation and networking although I feel I’ve only touched the surface of all these subjects. I will need to deepen my knowledge by reading specified books (I have already received one as a Christmas gift: The E Myth Revisited). My project? YULorama.com, a website made by Montrealers for Montrealers to help them discover what is cool about their city (of course, non-Montrealers can read it too!). YULorama was founded in 2014 as a personal blog, but when I started to see its business potential and since I was on E.I. (Employment Insurance) I decided to give it a go. In less than a year, the number of visitors has grown by five times, the website now has over 15 contributors, business opportunities have been more and more interesting and I can only wish the upcoming year will ignite a firework as it’s the 375th anniversary of Montreal!

Logo designed by Olivier Bruel

As of now, YULorama is not big enough to make a living out of it … yet! I truly believe in this project for which I have spent countless hours but making money on the web is not as easy as one may think. It takes time, patience and hard work… Just like any other kind of business! So I’ll keep going while putting other eggs in different baskets as it’s important to diversify your opportunities, without losing focus. And this is the biggest challenge!

My husband and I are currently working on the business plan of a company we have created. Another web-based project, but the main purpose of this one is to help small businesses. I will say more later, but my husband has also realized that he’s had enough of working for other people. So together, we will build our own thing which will also give us the opportunity to work from about everywhere on the planet.

Art Life

I’ve always been an artist but too often, I tried to push aside that part of me in order to follow what was supposedly the “right thing to do”. But you can’t really deny who you really are, can you? At some point, the reality will hit you like a truck but then it might just be too late to go back. I’ve had a few warnings in my life when I tried to follow a certain “path of righteousness”. For example, forgiving who I was to work as a public worker and yes having a great salary and benefits but dying inside a little more every day.

In 2016, once again after having made important personal life decisions, I have decided to stop denying that part of myself and just embrace it. This part of who I am is actually the one that makes me the happiest. Not only am I a creative mind, but art is what makes me feel alive. Like I said, I tried the big-job-with-the-big-salary thing and although it was fun to be able to treat myself with gadgets and gizmos aplenty*, it was not fulfilling.

I have lots of art projects. I am a multidisciplinary artist, so I need to express my art through different mediums. I paint, I draw, I play the piano, I sing, I photograph and I even drag! I also have a video project that really excites me! One may say I need to focus if not I just seem to be a headless running chicken. Well, I say so be it! I’d rather be a happy headless running chicken than a sad laying hen.

Photo: Geneviève Plante

In 2016 I have met so many inspiring people such as Kent Nagano (Montreal Symphony Orchestra Maestro), the members of the drag-house House of Laureen, Piff the Magic Dragon, local artists like WIA (WhatIsAdam) and XRAY and even the new pavillon at the Fine Art Museum of Montreal gave me the strength to listen to my heart, as cliché as it may sound.

Personal Life

Above, I said that some of the important personal decisions I have made recently helped me open some doors like freelancing and being an artist. Although my husband and I have not made the decision not to have kids in 2016 but in 2015, it’s only in 2016 that I realized how that decision was just the BEST I (we) have made in my entire life! Not a day goes by without being thankful for having realized I literally dodged a bullet and saved my life. Yes, that much.

This is another thing most people do without thinking enough. We weigh the pros and cons of each car brand (or mortgage options or even just a stupid lipstick!) before buying one but making the most important decision, a LIFE CHANGING decision, such as having a baby can be decided as quickly as “Hey honey, let’s make a baby tonight”. We follow what the society expects us to do without even thinking twice. Having a baby is a huge responsibility! And it lasts for LIFE.  

I am not pointing fingers at anybody, I got caught to at some point. Even though throughout my teens and twenties I didn’t want children, I opened a door when I met my husband. Without going into details, at some point we just said no to that life that never seemed appealing to us. But we almost realized it too late. That is why I am thankful today. How many parents now regret having kids? Probably more than we think. Of course, most parents are super happy with the life they have, but even though our society is kid-obsessed, it’s not true it’s for everyone.

Childless? Well, almost! – Photo: Genevieve Plante

This childless life gives me the earlier-listed opportunities but also to take more risks in life. Being a freelance and an artist can be hard on the wallet. But I do not have to worry about bringing my children what they need (it’s expensive to have children) so yes, if I have some rough months, I can eat PB&J sandwiches every day without affecting the development of another human being.

Another thing my husband and I have realized in 2016 is how being landlords is NOT for us. In 2014 we have bought that triplex for a very good price. A good price that was … too good to be true. Indeed, right from the start we had to deal with lots of problems such as bad isolation, an electrical hidden defect (for which we sued the previous landlord only to lose in court—I still believe to this day that the judge did not do his job properly-) and other issues that come with old buildings.

After having fixed all the issues (it took two years), we have decided to put the building on sale. We have realized that not only being landlords curtails our freedom but that it is also very expensive. We are selling and we’ll go back to renting. If we have money to invest, we’ll invest it elsewhere than in real estate. After looking at the pros and cons, we do think now that renting is more beneficial than buying, not only financially but also when it comes down to stress involved and overall happiness. If you are not happy with a rental, you can just pack and go. When you are not happy with the house you have bought, then good luck. You have to put it on the market, deal with visitors/offers, finalize the sale, pay countless of fees and then move. We’ve had enough. I think we are kind of too nomadic anyway to stay in one place for so long.

Foreseeing 2017

Of course, I cannot predict what 2017 will bring me. I can only work hard to pursue my dreams and hope for the best.

I hope the triplex will find a buyer in the first quarter of the year (or at least the first half) so I can move on with something else as I feel stuck here.

After this sale, my husband and I are planning to travel a little before diving into the marketing phase of our company. I want to go to Japan (I have been dreaming about going there for over 15 years) and to Chicago. We also plan on going back to Vegas (for the 6th time!) as it’s kind of our resort vacation. Some go to resorts in Mexico, we go to Vegas.

Trip to La Habana in March 2016 – Photo: Genevieve Plante

I am also turning 40 in 2017. In October 2016, I turned older than my mom was at the time of her death. This was and still is really weird to know that I am now older than mommy. I don’t know what is weirder: being older than your parents or turning 40. I certainly still am a kid at heart and although age is just a number, I don’t seem to be able to convince myself that I am not 20 anymore. I would like to do something special for this milestone. Maybe this is when we’ll go back to Vegas although we did Vegas for my husband’s 30th and our wedding. That wouldn’t feel really special, would it? We’ll see.

I want YULorama to bloom. 2017 will celebrate Montreal’s 375th anniversary and there is absolutely no reason why it shouldn’t bring YULorama lots of opportunities. I really can’t wait to see what this year will bring the contributors and me. I feel this year’s going to be real fun!

I want to work more and more on my art. I’ve been feeling really creative lately and I just truly hope this feeling will stay for a long time. When I am creative, I feel alive and this is just the best feeling ever!

I wish that my love life keeps growing the way it currently does. The last couple of years were hard on us because of the stress we were going through but it just made us stronger and even more in love with each other. No words can describe how I feel when I think of my husband, so I will just say that I want what we have to keep being.

Finally, but not least, I wish that all the other people I love to have a wonderful year 2017. Some of my closest relatives have had a very hard 2016 and I can only wish them a lighter year filled with joy and happiness. And you, my readers, I do not know you (or maybe I do!), but I would like to thank you for stopping by and taking the time to read my words. You don’t know what this means to me. I also wish you the very best for the upcoming year!

Oh, and go see La La Land. Really, just do it.

*: La petite sirène – Parmi ces gens / The Little Mermaid – Part of your World